Editions Au Salvart

NOTES DE LECTURES & CAETÉRA

Fontaine de clairvent de Bernard Grasset  :    une lecture de Patrick Joquel. 
                                                                                                                                                      ( Décembre 2023 )

Bernard Grasset et le Salvart nous propose ici 74 quatrains. Chacun est annoté d’une date et d’un lieu. On est dans une poésie qui s’inscrit, s’enracine dans un espace et un temps. Une poésie de l’instant. Pas une description du lieu, ni de la météo du jour, mais bien dans cette intimité qui se tissent entre l’espace/temps et l’homme qui le traverse. Chaque quatrain nous partage ainsi un écho du monde qu’emprunte l’auteur.
Les lieux sont divers. Certains me sont totalement inconnus. D’autres, j’y suis passé, voyageur également. Quelques uns accompagnent mon quotidien : les Alpes Maritimes.
Écrire des quatrains c’est donner l’importance du moment. C’est également tenter via une économie de mots d’offrir de l’essentiel, du brut sans fioritures. Un exercice, comme un jeu, de sobriété. J’en apprécie la dynamique et les réussites.
Voici un livre qui pourra donner lieu à des ateliers d’écriture à tout âge et que l’on pourra donc insérer dans les bibliothèques de l’école primaire aux médiathèques des villes (secteur adolescent comme adulte) ; le poème échappe bien souvent aux catégories qu’on assigne aux lecteurs.

En voici quatre que j’ai choisis en connaissance du lieu (il faut bien se donner un critère, n’est-ce pas?).

Roches rouges, vagues bleues,
des falaises au maquis,
comme rêve ou brasier,
écrire l’autre pays.

Vendredi 9 décembre 2022-Saint-Raphaël, Estérel.
*
Claire colline où brûle une lampe,
accordéon et violoncelle,
cheminer longtemps sur les pavés,
cris d’enfants, vigne ou poème.

Lundi 12 décembre 2022- île de Lérins
*
Terre et ciel, arbres sasn feuilles,
tout commence, tout s’achève,
canaux et prairies, images
d’enfance, brise d’hiver.

1er janvier 2023- saint-Benoist-sur-Mer
*
Et j’attends encore, source
de silence et d’espérance,
vignes et palmiers, mains
des saisons, pure transparence.

Samedi 21 janvier 2023-Paris, Montmartre

Fontaine de clairvent de Bernard Grasset  :   une lecture de J-P Gavard-Perret.

Bernard Grasset : réalité et transcendance

Poète et philosophe, il poursuit ici sa quête d'une vérité ontologique forgé par une écriture sobre nourrie de la nature, de ses voyages et de ses connaissances artistiques et spirituelles.
Il cherche donc une vérité plus d'appartenance que de simple apparentement. Elle est à trouver derrière la nuit du regard donc dans les tréfonds de l'être où peuvent s'entendre encore les voix qui se sont tues
Celui qui fait preuve d'un certain génie linguistique recherche plus une langue nue et presque commune que lyrique. C'est là aussi une manière d'inventer ou transformer un langage en quatrains directs où n'est donné que ce qui perle de l'être.
Ce recueil comme tous ceux de ce poète reste le reflet de l’intériorité et le fruit de la conscience. S’impose, se donne et s'incarne la finitude des êtres et leur croyance en l'au-delà. Et ce, dans l’instant même où le monde est saisie tandis que le dehors et le dedans se condensent l’un l’autre et tendent à l’introspection. Apparaît ainsi un territoire propice à la transcendance.

Jean-Paul Gavard-Perret

Bernard Grasset, Fontaine de Clairvent, Au Salvart, 48 p.-, novembre 2023, 12€

ATERNEL
                
              sur le site de En Attendant Nadeau.
                                 
                                  Une note de Roger-Yves Roche.
Maurice Regnaut     Aternel.
Au Salvart, 76 p., 14 €

Le poète est un éternel enfant et vice versa. Si d’aventure le lecteur l’avait oublié, qu’il lise et se délecte d’Aternel de Maurice Regnaut (1928-2006), petit recueil consacré à ses cinq enfants (+ un désiré, mais jamais né…). Aternel est un bout de mot bien pratique qui fait suite à mat + frat + pat, trois degrés d’être bambin-au-monde. Il y a là une façon de porter attention, enregistrer et retranscrire les faits et gestes de l’enfance, qui se rencontre rarement dans la poésie. Voici un hoquet qui déclenche une inquiétude avant de se transformer en loquet puis en bilboquet avant de se terminer en un : « tout est OK ». Voici encore un geste qui n’est que d’ouvrir les bras et qui pourtant se multiplie : « en criant », « en riant », « en courant ». Voici maintenant une porte qui « prend la route », qui bientôt « a pris la route » « et le futur passe et passe et le futur est passé ». La poésie de Regnaut est notation brève, intense émotion, incessante(s) question(s). Les mots du poète se faufilent entre les mots de l’enfant : écoute et couture. Mais laissons-leur le dernier mot, uniment : « — L’enfant et le poète, ils sont effectivement, eux, de ceux qui savent. — Qui savent quoi ? — Qu’ils sont des enfants ». CQFD.

Roger-Yves Roche

La guitare dans l’arbre suivi de Il neige sur la mer

Par Marie-Josée Christien - Revue Spered Gouez

La guitare dans l’arbre suivi de Il neige sur la mer

Au cœur du premier ensemble, il y a « l’absent sans paroles », le fantôme persistant d’un amour brisé dont le souvenir continue à hanter les lieux familiers de la poète, l’oubli qui ne vient pas. Dans les premiers poèmes, Lydia Padellec évoque le mécanisme insidieux qui se met en place quand « nous ne parlons plus / la même langue », la distance qui s’installe entre les amants. Dans « la déchirure d’un rêve / qui peu à peu se dissipe », il reste une sensation de défaite irrémédiable. L’absence et le vide s’énoncent en mots simples. La répétition en leitmotiv indique que la rupture s’annonce définitive : « l’absent erre entre les frontières secrètes », « Ulysse ne reviendra plus », « Il ne reviendra pas / l’amour des trente ans ».

Les sentiments et les émotions s’expriment dans un registre métaphorique, cependant que les objets du quotidien (la bouilloire, les lampes, la chambre, les écrans, un banc, la guitare) marquent un ancrage dans le réel. Le poème se fait compact sur la page. Les mots sont implacables, sans appel, pour dire « l’essaim du souvenir ». Le premier volet se clôt sur « le fil du poème / ouvert et incandescent ». Puis vient le temps d’« élaguer la mémoire », de se réapproprier le silence « lumineux comme une nuit / de neige ». Dans le deuxième ensemble, le poème se fait plus concis, s’arc-boute sur les mots essentiels et paradoxalement s’aère et respire : « la mer apaise l’amertume / de l’âme dévastée ».

Marie-Josée Christien Spered Gouez N°28 /Otocbre 2022
https://speredgouez.monsite-orange.fr/

Origines du poème - Une lecture de Marie-Josée Christien. pour la revue Spered Gouez.

Merci à Marie-Josée Christien et à la revue Spered Gouez pour les notes de lecture sur les deux premiers titres des éditions Au Salvart!

Origines du poème
Le poème bref d’Hervé Martin s’entoure de silence et de mystères pour remonter à ses sources : « Ici le passager précaire rapatrie de fugaces reliques ». Le poète s’adresse à son alter ego : « Qu’es-tu venu chercher / dans ce lieu où erre curieusement l’enfance ». Il retrouve dans quelques traces fugitives captées sur les lieux de son enfance les éléments fondateurs qui deviendront ses « motifs » d’écriture. Ses « mots de persistance et d’oublis » dessinent des labyrinthes d’où surgit la conscience aiguë du temps découpé par les heures et par les horloges.
La perte d’un frère nourrisson « qui traça sur (s)on histoire comme une ligne d’ombre » a laissé le vide de l’absence et « le chagrin qui perdure ». Muette, la douleur s’est longtemps tapie dans le corps. Puis les mots remontant peu à peu de la gangue du silence « se frayent un chemin / à travers le rhizome des nerfs ». « Le poème se révèle / en un puzzle » qui permet enfin le retour à soi.

Marie-Josée Christien Spered Gouez N°28 /Octobre 2022
https://speredgouez.monsite-orange.fr/

D'une vallée perdue à mes jours de mémoire
  

Une lecture de Roger-Yves Roche sur le site de Pierre Campion "A la littérature".    (. http://pierre.campion2.free.fr/. )

Hervé Martin, D'une vallée perdue à mes jours de mémoire, encres de Sophie Brassart, éditions Au Salvart, 2023, 48 p. 18 €.
La mémoire ne choisit pas entre les (sur)vivants et les morts. Elle réveille les uns, veille les autres. D'une vallée perdue à mes jours de mémoire d'Hervé Martin est un petit livre qui ne dit pas son nom, le dit trop bien, hésite entre la lumière et l'ombre, l'enfance et le précipice : « Aux cœurs sonnants dans les poitrinesle poids des médailles ne comble pas l'absence Des années après la mémoire ne peut riencontre la béance le trou des jours perdus De ceux qui ne mêlent plus de pasaux traces de leur ombre » D'un événement de guerre, l'embuscade dans la vallée d'Uzbin, à 50 km à l'est de Kaboul (août 2008), Hervé Martin fait un poème stoïque-déchirant, que les encres de Sophie Brassart accompagnent, comme les éclairs l'orage. Et sans doute le temps de l'écriture n'a-t-il pas suivi exactement celui du souvenir, s'est même soustrait à lui, comme pour enfin regarder la blessure en face : « Il aura fallu une dizaine d'années avant que l'auteur puisse écrire sur cet épisode tragique qui aurait pu briser sa famille. »

Entre son petit d'homme qui « prend des allures de héros quand il joue Et soudain s'interrompt dans le jeu et dit je serai commando » et celui qu'il est devenu, se trouve pris « dans la poussière des lacets », s'en tirera presque malgré lui, c'est la langue du père qui court, halète, va par les sentiers et les crevasses, passe sous le soleil, sauve ceux qui ont sauvé et n'ont pu être sauvés : « Et ceux Amis CompagnonsBinômes et camaradesContre tout ordre régulierDésobéissants aux consignes de repli Restèrent cibles ultimesPour protéger ce retour d'embuscadeRamener les derniers rescapésde sueurs et de sangébahis de torpeur » Ils sont désormais prénoms au-dessus des mots (Grégory, Jean-Christophe, Kévin), stèles nécessaires et pourtant dérisoires, tandis que le fils revient à des « jours ordinaires » « Côtoyant des rives incertaines et promesses sans rêves ». Reste le livre, écrit comme dans le redan de l'histoire. Événement que le poète n'a pas vécu et vient cependant de revivre, voix portée au-delà d'un voir, dans une région que seuls les mots peuvent atteindre.

Roger-Yves Roche

Origines du poème - Une lecture de Jean-Paul Gavard-Perret - L'Internaute


Il arrive parfois aussi qu’un créateur soit contraint à un exercice de recouvrance : d'où ces origines du poèmes qui forcément recoupent les temps de l'existence.
L’inhibition se trouve levée selon une pulsion qui n'a rien autodestructrice. Tout fonctionne :
Pour libérer le corps / des stigmates des yeux / posés sur l'enfant / au plus seul du lit.
Cela ne va pas sans heurts et le poème se révèle un puzzle.
Dans la force des années, des images reviennent : c'est le moyen de trouver des repères là où les mots tentent de percer le silence et l'oubli.
L’œuvre offre quelque chose à la fois de lisse et de compliqué, entre synthèse mais aussi éclatement. Ce sont deux manière de structurer la matière, d'y mettre de l’ordre et de saisir l’intouchable.

Jean-Paul Gavard-Perret - L'Internaute (8/03/2022)

La guitare dans l'arbre suivi de Il neige sur la mer. Par Chantal Couliou

Une lecture de Chantal Couliou a paraître dans la revue Portulan N°38.

Un recueil en deux parties: la première est consacrée à l'homme aimé en allé avec sa guitare et ses chansons. L'auteure se console au bord de la mer, à travers les mots et la poésie qui lui permettent de prendre du recul. Pas de pathos dans ce recueil. La rupture, une rupture qui fait mal, qui laisse des traces mais qui permet aussi la réflexion et la reconstruction. C'est peut -être cela qui fait le sel de la vie: savoir que rien n'est éternel, que les amours peuvent mourir et d'autres voir le jour.Il s'agit de transformer la douleur, le chagrin en une force qui permettra de renouer avec le bonheur. Rien ne nous console de ces fractures de la vie, de ces pertes mais nous nous devons de les apprivoiser pour avancer, pour retrouver goût à la vie.Nous avons vieilli/et avec nous les rêves/d'une voie nouvelle-/ les lampes la nuit/n'effacent pas les caresses/un rire parfois réveille/mais ce n'est que le vent/qui claque contre le vent./

L'auteure fait son deuil d'un possible enfant, les années passant et le cours des choses reprend sa place: le sang est revenu. Deux mois jour pour jour/après le dernier appel,/le sang est revenu/à quoi joue ce corps/qui ne peut enfanter?/ La seconde partie intitulée Il neige sur la mer fait t- elle table rase de cet amour enfui? Est-ce la neige qui recouvre la guitare dans l'arbre? La neige en recouvrant tout permet - elle un nouveau départ. Tout est blanc, vierge ainsi l'auteure prend son envol, renoue avec le désir et la vie reprend ses droits. Tu plongeras tes mains/souillées d'encre/dans le visage de la neige/ et du bout des ongles/tu sentiras/ les battements de la terre.

Chantal Couliou - Revue Portulan N°38
Recherche